Montfort Nouvelles - Montfort Nouvelles

Aller au contenu

La dévotion à St Louis-Marie dans son pays: Une intervention de l’historien M. Samuel GUIQUEL

Montfort Nouvelles
Publié par dans France · 21 Septembre 2015
Tags: NUFRA232

MONTFORT SUR MEU, France - « Le destin posthume de Louis-Marie Grignion à Montfort-sur-Meu » est le titre de la conférence du professeur universitaire, M. Samuel GUIQUEL, donnée au théâtre communal « Avant-Scène » de Montfort sur Meu le 3 septembre 2015.
Cette  communication a été proposée aux participants du Congrès annuel de la fédération des sociétés historiques de Bretagne.  Dans son intervention « passionnante », l’historien a illustré la façon dont la dévotion au Père de Montfort s’est développée dans son pays. D’après ses recherches, l’histoire de la dévotion à Louis-Marie a vécu trois phases : celle d’un certain oubli (1716-1880) ; celle des grandes foules (1888-1960) ; et celle des Montfortains (1960-2000). En tant qu’historien, il ne juge pas l’époque actuelle, mais en conclusion deux éléments émergent pour regarder avec optimisme l’avenir de la dévotion à st Louis-Marie dans son pays :
• Le Lieu de naissance du Père de Montfort a énormément plus d’ampleur et de dynamisme comparé à d’autres saints en France ;
• 2) La mémoire de Louis-Marie bénéficie de plus en plus d’une « dimension consensuelle » : par exemple, les fêtes du Tricentenaire à Montfort sur Meu ont permis de se réunir pour collaborer ensemble avec la Mairie de Montfort, la paroisse et les Montfortains de la Maison Natale : ce qui n’est pas évident en France.
Dans l’après-midi, au cours de la visite de la ville de Montfort, environ 100 participants au congrès, guidés par l’adjoint du maire : Yann Baron, ont été accueilli par le Père Marco à la Maison Natale, où ils ont manifesté un grand intérêt à la Maison et à son histoire, avec beaucoup de questions sur saint Louis-Marie et sa canonisation.
En remerciant le père Marco à l’issue de la visite, quelqu’un n’a pas manqué de lui glisser un discret « Priez pour nous, père ».

-Marco Pasinato, smm





-------------------------






Aucun commentaire

Retourner au contenu