Montfort Nouvelles - Montfort Nouvelles

Aller au contenu

Mon Bonheur, C’est l’Autre!

Montfort Nouvelles
Publié par dans France ·
Tags: NUFRA504
[EN]



 
MONTFORT-SUR-MEU, France – “ Mon bonheur, c’est l’autre ! ”, c’est le thème du témoignage passionnant du M. Grégoire Ahongbonon, à la communauté du noviciat international francophone à Montfort-sur-Meu, en France, le samedi 30 mars 2019 . M. Grégoire est originaire du Bénin où il réalise un travail exceptionnel de réhabilitation de nos frères et soeurs, malheureusement classés par les gens et affublés du vilain nom de “ malades mentaux ”. Ne sont-ils pas les plus abandonnés de tous ? Dans son pays, ils vivent généralement dans l'isolement et l'aliénation, car ils font peur. Certains sont enchaînés chez eux, sous des arbres, etc. Cette pratique existe encore même si elle est cachée.
 
Or M. Grégoire nous a assurés que ces malades sont sans danger pour nous, c’est nous qui sommes dangereux pour eux par la façon dont nous les jugeons et les traitons. C'est pourquoi M. Grégoire propose aux nombreuses personnes qu’il fréquente de trouver un mot plus positif pour remplacer l’expression “ malade mental ”. Pour les soigner, il faut des médicaments, mais bien mieux, ils peuvent être guéris s’ils ressentent amour et confiance. Ces deux mots - amour et confiance - mis en pratique sont la clé de la restauration de leur diginité! Grégoire aide à cela. C'est vraiment une oeuvre formidable !
 
Il s’est plongé dans ce service par le biais de l’Association de Saint Camille de Lellis «Oasis d’Amour» qu’il a fondée. Cette fondation a été reconnue par l'Église du Bénin et est maintenant répandue dans plusieurs autres pays, tels que la Côte d'Ivoire, le Burkina Faso et le Togo. Cette fondation peut fonctionner en s'appuyant uniquement sur la Providence divine. Son épouse Léontine et ses six enfants, dès le début, ont soutenu son initiative.
  
Les novices avaient l'air enthousiastes de l’entendre. Pendant et après son partage, ils ont posé des questions qui, entre autres, étaient motivées par la curiosité. Le père Jean-Marie, maître des novices, à son tour, a associé un tel travail de réhabilitation à la préoccupation et à l'engagement social du Père de Montfort en son temps. Comme on le sait, Montfort avait l’habitude de rendre visite aux malades. Mais il y a peut-être deux activités sociales de Montfort qui sont proches de l’oeuvre de M. Grégoire: établissement des hospices pour les incurables et les convalescents (Poitires et Nantes) puis marmites et soupes populaires (Dinan, Ile d’Yeu, Fontenay-le-Comte).
 
C’est à ce moment-là que M. Grégoire a révélé que l’un de ses centres au Bénin porte le nom de “Louis-Marie de Montfort” en tant que saint patron. Il a voulu cela car il a appris que sa propre préoccupation rejoignait la préoccupation missionnaire de Saint Louis-Marie de Montfort pendant ses années de ministère.
 
À la fin du partage, M. Grégoire a demandé à la communauté du noviciat de prier pour son service et a également conseillé aux novices de devenir de saints prêtres.
 
 
P. Arnold Suhardi, SMM





--------------------



Aucun commentaire


Retourner au contenu