Profession perpétuelle et ordination diaconale en Haiti

Aller au contenu

Profession perpétuelle et ordination diaconale en Haiti

Montfort Nouvelles
Publié par F. Ekenley JEAN-NOËL, SMM dans Haiti · 22 Septembre 2022
Tags: NUHAI900
[EN]  [ES]



 
PORT-AU-PRINCE, Haiti - « La moisson est abondante, mais les ouvriers sont peu nombreux, priez donc le Maître de la moisson d’envoyer des ouvriers à sa moisson » (Mt 9, 37-38). Ces paroles du Christ sont d’actualité et résonnent encore aujourd’hui au sein de l’Église. Dans un monde où la vérité fait de plus en plus peur, où certaines personnes tendent à fuir ou à faire fuir l’Église, porteuse de la vérité, l’Esprit de vérité est à l’œuvre. Dieu, dans son grand amour, continue à choisir et à appeler des hommes et des femmes de ce monde pour apporter sa Parole de vérité aux nations en vue d’établir son règne de justice, de paix et d’amour. C’est dans ce contexte que la famille montfortaine ne cesse de semer la Parole de Dieu dans le cœur des hommes et des femmes de ce monde tout en accueillant dans son sein de nouveaux semeurs et semeuses dans la mission et pour la mission. Ainsi, le mois de septembre 2022 est un mois particulier pour la branche de la famille montfortaine qui se trouve en Haïti. Le 8 septembre, deux sœurs se sont engagées définitivement dans la congrégation des Filles de la Sagesse à travers la profession perpétuelle ; quatre frères montfortains ont aussi donné leur oui définitif au Seigneur dans la vie consacrée avant d’être ordonnés diacres, une semaine plus tard, soit le 15 septembre. Rendons grâce à Dieu.
 
Comme nous pouvons le découvrir dans l’esprit du père de Montfort, il a voulu que nous soyons une famille, une « Compagnie ». C’est dans cet esprit que les administrations provinciales, des Filles de la Sagesse et des missionnaires montfortains, se sont entendues pour avoir une célébration commune pour la profession perpétuelle de nos deux sœurs et nos quatre frères, ce qui n’est pas un événement inédit ; la préparation se faisait aussi en commun. Le mercredi 31 août, nos deux sœurs et une dizaine d’autres sœurs, nos quatre frères et huit scolastiques (qui se préparaient au renouvellement) ont été accueillis dans la maison provinciale des Filles de la Sagesse à Pacot, Port-au-Prince, pour une expérience de retraite particulière. Pendant une semaine, ils ont été accompagnés par le révérend père Louis-Marie Montfort Vladymir SOUFFRANT, smm, autour d’un thème simple dans sa construction et richissime dans sa profondeur : « Se consacrer à Dieu ». C’était une semaine de prière, de méditation et de réflexion orientée par les conseils salutaires du père prédicateur.
 
Le jeudi 8 septembre, dans l’église paroissiale saint Louis Roi de France de Turgeau, Port-au-Prince, la célébration a débuté à 8h30 du matin, présidée par le révérend père Wismick JEAN-CHARLES, smm, vicaire général des missionnaires montfortains, en présence du révérend père Jean Jacques SAINT-LOUIS, smm, supérieur provincial des missionnaires Montfortains en Haïti, et de la révérende sœur Nadige JEAN-CHARLES, fdls, supérieure provinciale des filles de la Sagesse en Haïti. Plusieurs membres des deux congrégations étaient présents, des religieux, les parents des profès, des amis et d’autres fidèles de la paroisse étaient venus prier pour et avec les profès. D’une façon particulière, nous avons remarqué avec beaucoup de satisfaction la présence de nos deux frères de Saint Gabriel: Faniel PICARD et Wagler ELTIME qui sont fraichement revenus pour la mission en Haïti. Donc, la famille Montfortaine était au grand complet !
 
Dans son homélie, le père Wismick a invité les profès perpétuels à la fidélité dans leur engagement, à la persévérance dans la charité et dans le bien surtout face aux multiples défis du monde d’aujourd’hui et à la joie pour pouvoir apporter le Christ, source de toute joie, aux autres. Voilà trois piliers d’une vie religieuse réussie, selon la structure de l’homélie du père Wismick ; et tout cela doit se réaliser dans un parfait accord avec notre Seigneur qui nous appelle et qui nous envoie, selon l’esprit du père de Montfort. Après l’homélie, les sœurs Lise-Manie STANIS et Migline LAMOUR, les frères Gilo MOÏSE, John PHILIPPE, Alex JEAN-PIERRE et Ekenley JEAN-NOËL ont prononcé définitivement leurs vœux de pauvreté, de chasteté et d’obéissance à Dieu Tout-Puissant en présence de leurs supérieurs légitimes. Et la célébration eucharistique s’est poursuivie dans l’action de grâce.
 
Toute de suite après la célébration, les missionnaires montfortains ont procédé à la bénédiction et l’inauguration d’une salle polyvalente nouvellement construite pour desservir la communauté de Turgeau. C’est dans cet espace, pour clore la matinée, que les participants à la célébration ont été reçus pour une agape fraternelle et chaleureuse.
 
Le jeudi 15 septembre, au lendemain de la fête de la Croix Glorieuse, en la mémoire de la Vierge Marie, Notre-Dame des douleurs, nos quatre frères qui ont fait profession la semaine d’avant ont reçu le premier degré du sacrement de l’ordre, le diaconat, par l’imposition des mains de son excellence Monseigneur Quesnel Alphonse, smm, évêque de Fort-Liberté, dans la paroisse de saint Louis-Marie de Montfort à Delmas, Port-au-Prince. L’ordination diaconale a eu lieu dans des conditions extrêmement difficiles. Plusieurs jours avant la date, des tensions, des manifestations, des actes de pillage et des barricades étaient érigées à presque chaque carrefour de la capitale ainsi que dans les villes de province. L’évêque, Mgr Alphonse, a dû faire d’énormes sacrifices et prendre de grands risques afin de pouvoir laisser son diocèse qui se situe dans le département du Nord-est et arriver deux jours à l’avance sur le lieu de la cérémonie. C’était pareil pour les ordinands qui étaient obligés d’arriver un jour à l’avance en bravant barricades et dangers. Au matin de la célébration, plusieurs personnes ont dû parcourir des dizaines de kilomètres à pieds pour être présentes, c’est le cas des scolastiques et de leur responsable, le révérend père Lanès Phanor. Plus de peur que de mal, vers 9h15 du matin, en présence de quelques confrères montfortains, quelques parents et amis, la cérémonie a débuté et s’est déroulé dans une atmosphère sereine et priante. Et dans son message, l’évêque a rappelé le rôle du diacre qui est au service de la Parole, au service de la Table (eucharistique) et au service du frère. Il a terminé en mettant l’accent sur la nécessité de nous recourir à l’intercession de Notre-Dame des douleurs pour lui offrir nos soucis et nos douleurs, les soucis et les douleurs du peuple haïtien et du monde. « Soyez de saints diacres » conclut-il. Et, après la célébration, les diacres, accompagnés de leurs frères scolastiques, ont pris le chemin du retour, à pieds, parcourant les quelques kilomètres avec beaucoup de confiance et d’espérance, une expérience à la Montfort, sur les traces des pauvres apôtres à la suite du Christ.
 
Les deux congrégations sont heureuses de pouvoir compter pour toujours sur les sœurs Lise-Manie STANIS et Migline LAMOUR envoyées en mission respectivement à la maison provinciale des Filles de la Sagesse à Pacot et à la communauté Regina Mundi à Saint Laurent-sur-Sèvre ; et sur les nouveaux diacres Gilo MOÏSE, John PHILIPPE, Alex JEAN-PIERRE et Ekenley JEAN-NOËL envoyés en mission respectivement à Gros-Morne, à Jean-Rabel, à Saint Louis du Nord (en attendant de rejoindre la France) et à Saint Louis Roi de France de Turgeau. Les défis sont de taille, l’avenir parait peu clair, mais nos sœurs et frères veulent avancer dans la confiance sachant qu’ils ne sont pas seuls. Ils se recommandent à la prière de toute la famille montfortaine pour pouvoir rester sur le chemin en ayant les yeux fixés sur Dieu, et Dieu seul.
 
 
F. Ekenley JEAN-NOËL, SMM


[Video1]  [Video2]  







0
critiques
Retourner au contenu