Montfort Nouvelles - Montfort Nouvelles

Aller au contenu

Une Bonne Nouvelle

Montfort Nouvelles
Publié par dans Rome · 28 Juin 2019
Tags: NUGEN546
[EN]  [ES]




ROME - Le conseil général s’est rencontré du 25 au 27 Juin pour faire une évaluation. Ils voulaient, comme groupe, évaluer la manière dont ils ont mis en pratique leur mission jusqu’aujourd’hui. Il y a deux ans, ils avaient demandé de l’aide pour croître comme équipe, une équipe avec un but, allant dans une direction spécifique, mais à partir du mandat qu’on leur a donné pendant le chapitre à Rome en Mai 2017.
 
C’est vraiment un privilège de travailler avec eux et de pouvoir noter d’une manière spontanée : ceci est un groupe qui fonctionne déjà comme une bonne équipe. Et je veux essayer d’expliquer moi-même en racontant ce que j’ai entendu, et senti, ce que j’ai expérimenté. Je veux essayer de vous donner des signes que j’ai vus quand j’étais en train de travailler avec cette équipe.
 
  • Cette équipe fait partie de la Compagnie de Marie, c’est un groupe sélectionné. Ils ont ensemble la chance de vivre déjà cette unité qui est possible dans un contexte international et interculturel, sans jalousie ni compétition, vivant une vraie fraternité et la liberté de la parole, dans un esprit de charité et de compréhension réciproque.
  • Pour nous servir, ils sont eux-mêmes comme ils ont été créés par le Père. ‘Sois toi-même’ : ils se le sont demandé cela il y a deux ans quand ils avaient commencé à travailler en équipe.  A partir de ce moment-là, ils le font de plus en plus. Ils mettent en réalité ce qui est resté leur et notre attente à ce point-là. Ils peuvent vraiment dire l’un à l’autre : n’aie pas peur, pas d’angoisse, sois ce que tu es.
  • C’est important, parce que quand ils sont vraiment ce qu’ils sont, c’est plus facile pour chacun et chaque groupe de les accepter comme ils sont, avec leurs différences, avec leurs capacités et leurs limites. Nous pouvons les respecter dans leur spécificité, nous leur demandons d’être ce qu’ils sont, pour donner leur apport, de vivre la complémentarité des dons, et de nous dire ce qu’ils ont à nous dire.
  • Cette équipe se trouve toujours dans un état de discernement, à Rome, mais aussi quand ils visitent chaque confrère en Amérique Latine pendant la mission continentale qui continue. Ils vivent une interdépendance des dons des autres : il n’y aura pas de concurrence, de jalousie. Pendant qu’ils vivent dans un discernement constant, ils peuvent prendre des décisions, mais ils peuvent aussi changer des décisions quand il y des éléments nouveaux à prendre en compte qui apparaissent.
  • Ils ont confiance dans l’autre dans sa mission spécifique, ils sont sûrs que chacun a sa propre responsabilité et qu’il la prendra. Ils sont sûrs que les autres vont leur parler s’ils rencontrent des difficultés qu’ils ne peuvent pas résoudre eux-mêmes. Cela veut dire aussi qu’ils attendent des autres que les problèmes seront vraiment travaillés dans les rencontres, dans les rassemblements pour trouver ensemble des solutions.
  • Ils aiment bien être ensemble, avec joie, heureux d’être appelés pour cette responsabilité dans cette équipe. Cela leur donne une facilité de vie et de travail ensemble. Ils jouent leur rôle respectif, chacun prend sa propre responsabilité dans un esprit de service. Quand ils rentrent à la maison à Rome, ils aiment partager ce qu’ils ont vécu, on pourrait dire : comme les apôtres.
  • Ils admirent les capacités vécues par les confrères. Leur point de démarrage comme équipe est : vivre et travailler ensemble, chacun avec sa propre responsabilité. Il y a un seul entre eux qui a le dernier mot et qui a été choisi pour être responsable pour toute l’équipe. De temps en temps il prendra en main la responsabilité d’un autre si c’est nécessaire, mais sans se plaindre. Il est proactif dans son accompagnement de l’évolution de l’équipe.
  • Ils vivent leurs devoirs comme complémentaires avec ce que les autres font ‘sur le champ’. Ils donnent des suggestions et ils les accueillent, ils ne laissent pas seul un autre avec son problème. Ils peuvent dire qu’ils sont présents d’une manière psychologique pendant une rencontre, même s’ils ne sont pas présents d’une manière physique, parce qu’ils sont en communication par rapport au suivi de la rencontre grâce aux medias dont ils se servent (Skype, WhatsApp…).               
 
Cette équipe du conseil général est faite de ‘liberos’, des êtres humains libres, libérant de plus en plus les uns les autres, qui travaillent ensemble. C’est une bonne nouvelle pour moi. Et c’est pourquoi j’ai voulu la partager avec vous.
 
 
P. Jos Van den Bergh, SMM





--------------------




Aucun commentaire

Retourner au contenu