Interview du nouveau licencié en Christologie pour la Vice-province de l'Inde

Aller au contenu

Interview du nouveau licencié en Christologie pour la Vice-province de l'Inde

Montfort Nouvelles
Publié par SMM Communications dans Rome · 13 Juillet 2021
Tags: NUGEN716
[EN]
 
ROME - Le Père Prem KUMAR, indien, après avoir terminé sa spécialisation en Christologie et Trinité à la PUG de Rome, se prépare à retourner dans son Entité d'origine. Nous l'avons interviewé sur ses études et sa future mission.

En quoi consistait cette formation ?
 
Il s'agissait d'un programme de licence de deux ans en théologie dogmatique avec une spécialisation en christologie et en Trinité. En effet, ce fut une bénédiction d'étudier pour ma licence ici à la Grégorienne de Rome car elle est bien connue pour la théologie dogmatique en particulier. Au cours de cette formation de deux ans, j'ai dû étudier 26 sujets, dont trois séminaires, un travail de recherche et le reste des autres sujets dans le domaine de la Christologie, de la Trinité, de l'Anthropologie, de la Sotériologie, des Sacrements, de l'Eschatologie et de la Pneumatologie. Parmi celles-ci, j'avais choisi la Christologie et la Trinité comme matières spécialisées. J'avais des cours réguliers à l'université et j'avais beaucoup de travail à domicile pour lire les documents fournis ou les références qui étaient suggérées pendant les cours. Les séminaires étaient les plus intéressants en raison de l'attention particulière portée à chaque étudiant et se composaient également de peu d'étudiants dans un groupe ; et beaucoup de temps nous était accordé pour discuter afin de partager nos points de vue sur le sujet parfois basés sur nos lectures. Nous avons eu des examens à la fin du semestre à la fois oraux et écrits. À la fin du cours de deux ans, il y avait un examen « de universa » et un document de recherche par lequel l'étudiant est déclaré avoir terminé le programme. Si je prends la Christologie, les questions qui ont été discutées étaient très pertinentes pour l'église d’aujourd’hui, en raison de la diversité de la nature de l'église. Le sujet nous plonge dans une relation plus profonde avec le Christ et donne l'occasion de comprendre le Jésus historique et le Christ de la foi.
 
Sur quels aspects as-tu particulièrement travaillé ?
 
Pendant ce programme de deux ans, mon attention principale était de lire beaucoup de livres sur les sujets qui étaient traités à l'université, en particulier sur la Christologie de la Sagesse. Certains cours ont attiré mon attention comme les dogmes, les conciles, les hérésies et les principales vues théologiques des théologiens du passé au présent. La théologie du sport était l'un des sujets qui était très intéressant et j'ai pensé que cela pouvait aider les jeunes à comprendre la valeur de la théologie. J'ai pensé que ce serait utile pour la formation des jeunes dans les séminaires car les jeunes sont plus intéressés par le sport. Ces deux années, j'ai travaillé sur ma connaissance concernant la position de l'église sur les problèmes qui éloignent les gens de la foi et surtout ceux qui perdent la foi en l'Église catholique. Ici, j'ai bien compris la diversité des églises et leurs positions sur la foi chrétienne car en Inde nous avons une situation qui est différente à celle de l’Europe. La thèse sur « La Christologie de la Sagesse de Saint Louis-Marie de Montfort » m’a donné l'occasion d'examiner l’ouvrage l'Amour de la Sagesse Éternelle dans une perspective christologique. Au cours de ces deux années, j'ai eu l'occasion de lire tous les écrits, biographies et ouvrages sur la spiritualité du Père de Montfort. C'était une bénédiction pour moi car je n'avais pas eu la chance de lire tous ces documents auparavant. Cela a approfondi ma vie spirituelle et m'a permis de mieux comprendre Montfort. Deuxièmement, j'ai lu les autres théologiens qui parlent de la christologie de la Sagesse et en m'inspirant de leur compréhension de la Christologie de la Sagesse j'ai essayé d'interpréter l’ouvrage de Montfort l'Amour de la Sagesse Éternelle. C'était merveilleux de lire les écrits de mon fondateur qui parlait de la Sagesse avant beaucoup d'autres théologiens.
 
Comment peux-tu évaluer ces deux années passées à Rome ?
 
Il y a un chant qui dit : rentrer à la maison ne plus jamais errer et cela est devenu une réalité pour moi de revenir à Rome après huit ans d'écart de 2012 à 2019. Car j'étais supposé étudier la formation à Rome pendant l’administration du père Santino BREMBILLA ; mais cela ne s'était pas produit.  Quand je suis revenu, je me suis senti heureux d'avoir une expérience internationale en étudiant à la Grégorienne avec d'autres confrères qui vivent leur foi différemment. Les premiers mois de cours à l'université ont été inoubliables car j'ai croisé des étudiants de nombreuses nationalités, dont les pensées étaient très différentes des miennes. Les discussions, l'échange d'idées, le contexte culturel et le partage m’ont beaucoup apporté.
 
Ma communauté elle-même était un excellent exemple de témoignage de l'internationalité où j'ai fait l'expérience d'un état d'esprit différent de personnes marchant vers le même objectif du fondateur. J'ai eu une très bonne ambiance de partage, d'attention et d'acceptation de la part des autres membres de la communauté. J'ai appris à faire mon travail tout en respectant les autres et leur travail. J'ai fait l'expérience de l'unité dans la diversité et j'ai trouvé du témoignage avec un espace d'apprentissage et de liberté. Il y avait une vibration positive dans la communauté qui m'a fait me sentir à l'aise avec l'étude et la situation. J'ai eu au début des difficultés avec la langue, mais ce n'était pas un problème avec la communauté. Tout le monde avait compris cette difficulté et m’a encouragé à prendre confiance en moi et à aller de l'avant. L'expérience a été très riche et je la garderai avec moi partout où je vais.
 
Quelle contribution spécifique pourras-tu apporter dans ton Entité à partir de ces études ?
 
Le but principal de mon étude est de me spécialiser pour travailler au Centre Marial ou dans la formation qui est devenue un grand défi pour l'Entité en ce moment. L'étude m'a enrichi pour inspirer les jeunes dans la formation à cause de l'expérience que j'ai dans la mission surtout avec les jésuites en mission. J'ai eu l'occasion de vivre avec des jésuites et ici j'ai étudié dans l'institution jésuite qui a ouvert ma réflexion vers la formation des jeunes pour la mission. En tant que missionnaire montfortain, j'ai expérimenté pratiquement la vie religieuse montfortaine, donc je sens fortement que nous, en tant qu'Entité, avons besoin de formateurs qui forment les jeunes pour la mission. Deuxièmement, je voudrais enseigner pour contribuer à l'autonomie financière de l'Entité.
 
Quelle sera ta prochaine destination ?
 
C'est la question à laquelle il est difficile de répondre spécifiquement en ce moment à cause du changement d'administration dans l'Entité mais je serai placé soit dans la formation soit au Centre Marial en Inde. J'espère donner le meilleur de moi-même pour la croissance de la Vice-province.
 
En conclusion, je voudrais remercier ma congrégation, mon Supérieur général et les conseillers généraux pour m'avoir donné l'occasion d'étudier et le Supérieur provincial de l'Inde avec son conseil et tous les membres de la communauté du Généralat à Rome pour leur accompagnement dans ce chemin. Je suis béni avec la présence d'autres prêtres étudiants qui m'ont accompagné pendant ces deux années, chacun d'eux est un cadeau à la congrégation. Que Jésus nous bénisse tous et que Marie chemine avec nous et que Montfort nous inspire davantage. Merci à tous.
 
 
SMM Communications










0
critiques
Retourner au contenu