Madagascar : un cierge qui s’éteint

Aller au contenu

Madagascar : un cierge qui s’éteint

Montfort Nouvelles
Publié par P. Denussein Johanson, SMM dans Madagascar · 25 Mai 2021
Tags: NUMAD704



MADAGASCAR - Le samedi 22 mai, l’entité des Montfortains de Madagascar en général et la jeune communauté de Moramanga en particulier sont en deuil à cause du décès de l’un de nos confrères en la personne du Père RAZAFITSIAROVANA Paul. En effet, il a rendu son âme le vendredi soir à l’hôpital où il a été transporté à cause d’une crise cardiaque aigüe. Né en 1963 dans la région de Fandriana, sur les Hauts-Plateaux, il a fait sa profession perpétuelle en 1997. Depuis son ordination l’année suivante, le P. Paul exerçait son ministère sacerdotal à Tananarive, Tamatave, Mananjary et tout dernièrement à Moramanga. Là où il passait il marquait les gens auprès de qui il fut envoyé, par son contact facile et son abnégation à la pastorale, surtout la touche mariale à ses diverses animations.
 
Ses obsèques ont eu lieu à la veille de la fête de la Pentecôte vers 13 heures.  La cérémonie était présidée par S.E Mgr Antonio Scopelliti, un évêque émérite du Diocèse d’Ambatondrazaka. Des nombreuses personnes ont osé honorer ce dernier adieu malgré l’urgence sanitaire qui prévaut toujours au pays. Quinze prêtres et une trentaine de religieuses étaient présents durant cet événement vif en émotions et de larmes. L’évêque, durant son homélie, a réconforté l’assistance en rappelant l’homélie de saint Ambroise lors de la mort de son frère qui disait que comme le phœnix, les chrétiens de par leur espérance doivent saisir la mort comme l’oiseau qui renaît de ses cendres. Beaucoup de questions taraudent l’esprit mais nous pouvons nous relever grâce au Christ qui est mort mais ressuscité. Avant la mise en terre, le P. Bruno fait un  petit témoignage quant à la vie de notre regretté confrère.  Enfin son corps fut enterré dans l’enceinte de la cour de la paroisse. Là où il va attendre la résurrection finale des morts.
 
La mort d’un prêtre reste toujours un mystère. Malgré sa brève présence dans sa dernière communauté, force est d’admettre que P. Paul était apprécié par les gens qui l’ont connu. Le cierge pascal s’est éteint le dimanche de la Pentecôte pour terminer ce temps liturgique. Ainsi le P. Paul aussi nous a quittés pour de bon. Paix à son âme et bon courage à tous ses confrères malagasy.
 
 
P. Denussein Johanson, SMM










0
critiques
Retourner au contenu